L'anxiété de séparation

Anxiété de séparation

 

chien-degats.jpg Sous cette appellation se cache bien des drames et des larmes. Le malheur du propriétaire qui ne peut laisser son chien seul sans subir la destruction de son intérieur et les plaintes des voisins, le malheur du chien qui ne supporte ni les départs de son maitre ni son retour chargé de reproches, le malheur du vétérinaire qui sait que sous cette dénomination "fourre-tout" se cachent différents maladies.

 

D'où vient ce nom

Les anglo-saxons décrivent une grande entité pathologique nommée "separation anxiety" qui correspond à un ensemble de symptômes (destructions, souillures et aboiements) exprimés par des chiens, dès qu'ils sont laissées seuls.

L'école de psychiatrie française a, il y a longtemps, décrit une maladie très précise nommée anxiété de séparation qui est maintenant remplacée par une dénomination plus précise "Autonomopathie" (ce qui signifie maladie de l'autonomie).

Il est donc facile de comprendre comment la confusion s'est installée, la traduction de l'anglais se faisant naturellement et entrainant un contre sens.

 

De quoi souffre votre chien

hshaattache´matelasII1_1024.jpgSi votre chien est incapable de rester seul, il peut exprimer plusieurs maladies. Il est important de les distinguer car ces affections ne se soignent pas toutes de la même façon. Dire qu'il est atteint d'anxiété de séparation ne nous avance pas beaucoup. Nous devons établir un diagnostic précis pour trouver les changements qui le conduiront à un meilleur confort et résoudra vos soucis.

 

Quelles maladies ces symptômes peuvent cacher ?

La maladie la plus fréquente conduisant à cette incapacité à rester seul est l'hyperactivité. Un chien normal qui est seul à la maison, s'il n'a ni faim ni soif, se repose. Le chien hyperactif n'en est pas capable et donc il fait des bêtises.

L'anxiété est la seconde cause des cette incapacité. Cet état pathologique peut survenir dans différentes affections. Le syndrome de privation est fréquent. Cette anxiété peut aussi être la conséquence de troubles de la communication familiale ou de changements importants vécus par le chien (adoption, décès,…). Le chien qui a peur (l'anxiété correspond à une peur continue) ne trouve pas le repos. Il cherche son maître qui le rassure et ne tient pas en place.

Les troubles hiérarchiques également peuvent pousser le chien à faire des bêtises quand son maitre s'absente. Il s'agit là plutôt d'un chien qui est en colère et qui l'exprime.

Très rarement, des jeunes chiens deviennent anxieux quand ils ont tissé un lien d'attachement primaire (le lien qui unit la mère avec son petit) avec le propriétaire et que, comme des petits, ils sont incapables de vivre loin de cette figure maternelle. Cette maladie rare est nommée autonomopathie essentielle.

 

Que faire et ne pas faire?

Ces affections sont très différentes. Il ne peut être question de les soigner toutes de la même façon. Il existe pourtant des choses que vous ne devez pas faire quelle que soit l'origine du trouble.

Quand vous partez, évitez de faires des recommandations de sagesse à votre animal. Il ne comprend pas et cela l'inquiète. Quand vous revenez, surtout vous ne devez pas le punir ou même lui  faire des reproches. Je sais c'est énervant mais ces punitions augmentent l'anxiété de votre chien qui a encore plus peur. A la peur de vous voir partir s'ajoute celle de vous voir revenir.

La deuxième chose, c'est de ne pas hésiter à nous en parler. Soit un simple conseil améliore la situation et vous avez tout gagné. Soit il faudra entamer une thérapie, mais alors autant ne pas attendre.

Le troisième point qui peut améliorer la situation est de sortir plus avec votre chien. Entretenez avec lui des relations sportives ou ludiques. Sans être une thérapie étiologique ce changement relationnel est toujours un plus.