Peur, phobie et anxiété

Peur, phobie et anxiété du chien et du chat

 

La peur est une émotion qui concerne tous les animaux, même les plus élémentaires. Chez le chien, cette émotion et les comportements qui lui sont associés reposent sur un circuit complexe : le circuit de la peur.

Dans le règne animal les circuits cérébraux de la peur assurent une protection efficace de l'individu et de l'espèce. Un individu qui ne connaît pas la peur s'expose à de nombreux dangers et sa survie est compromise.

Quand le système fonctionne normalement, il est protecteur. Malheureusement il peut survenir des dérèglements et ce qui était protecteur devient nuisible.

Nous avons tous rencontré des personnes ayant une peur panique des araignées. Dans certaines situations ces gens sont capables de se mettre en danger pour éviter une rencontre anodine avec ces petites bêtes. Nous sommes là devant un comportement phobique.

Parallèlement certaines personnes ont une perception inquiétante de leur cadre de vie. Quand ils ne craignent pas pour eux même, ils imaginent le pire pour leurs proches. Sans raisons identifiables, ils sont inquiets et méfiants. Ce sont des personnes anxieuses. Cet état émotionnel gâche leur vie.

Les chiens comme les gens peuvent connaître la peur, les phobies et l'anxiété. Comme pour les humains, ces états émotionnels entravent le bien être. Parce que ces états de souffrance conduisent à des réactions inadaptées, nous considérons qu'il s'agit d'états pathologiques.

A quoi ressemble un animal phobique ?

:ce´liane pret go.jpgChez le chien, la phobie la plus fréquente est la phobie des bruits intenses comme les pétards, le tonnerre ou les coups de fusils. Si le chien est phobique, au moindre coup de tonnerre il va se cacher. Il tremble, il bave et parfois vomit. Il n'est plus capable de la moindre obéissance. Cet état de panique peut durer plus ou moins longtemps et ne disparaîtra qu'après la fin de l'orage.

 

L'évolution se fait généralement vers l'aggravation. Le chien est de plus en plus vigilant et après quelques temps il commence à se cacher quand le temps se couvre, puis quand le vent souffle… la phobie a tendance à s'amplifier, rendant l'animal de moins en moins capable de mener une vie normale.

Pour les voies de la peur comme pour tous les autres circuits cérébraux, plus le système est utilisé mieux il fonctionne. Plus le chien connaît des peurs intenses, plus il est prédisposé à de fortes réactions de ce type.

A ce stade, nous sommes devant une maladie sérieuse. Une intervention médicale s'avère nécessaire pour que le chien retrouve son confort de vie.

Bien sûr, toutes les phobies ne sont pas invalidantes. Si votre chien lillois à une peur panique des serpents, il doit pouvoir vivre en ville sans crainte. En revanche si ce chien a une peur panique des pigeons, sont problème risque d'être beaucoup plus grave.

 

L'animal anxieux est lui aussi soumis à des peurs incontrôlables. Son problème est que ces peurs ne sont pas dues à des rencontres précises mais à des stimulations d'origines internes.

Si un matin en vous réveillant vous vous sentez menacé, que vous ne pouvez pas identifier de cause à cette peur, alors probablement vous êtes anxieux.

L'animal anxieux peut présenter différentes caractéristiques.

Dans l'anxiété paroxystique, le chien (le chat) va par période traverser des crises plus ou moins intenses au cours des quelles il va trembler, perdre l'équilibre, voire convulser. Ces crises sont de courte durée mais leur fréquence augmente avec le temps. Très vite le chien va évoluer vers un état qui mime de l'épilepsie.

Dans l'anxiété intermittente, le chien (le chat) qui est souvent normal, peut connaître des bouffées anxieuses. Il est alors irritable et peut devenir agressif. Souvent ce chien est anormalement vigilant et recherche les éléments qu'il redoute et déclenchent ses accès d'angoisse. Ces chiens ont facilement des troubles digestifs qui vont du simple bâillement à la diarrhée chronique.

Dans l'anxiété permanente, le chien (le chat) est, de façon constante, soumis à ses peurs d'origine interne. Il se replie sur lui-même. Bien souvent il présente une conduite "auto apaisante" comme le léchage compulsif de ses pattes ou une boulimie incontrôlable. Cet état prépare une entrée en dépression.

 

:dog0068_2.jpgL'anxiété n'est, bien souvent, pas  inconfortable pour le propriétaire. Nous voyons beaucoup de chiens sévèrement anxieux dont les propriétaires ne sont pas prêts à entreprendre un traitement. Parce que l'anxiété active les voies de la peur, elle est probablement une cause fréquente de maladie cardiaque. Dans tous les cas, elle correspond à une diminution des défenses globales de l'organisme, qui de ce fait, sera plus qu'un autre, sujet aux infections.

Soulignons enfin que ces états correspondent tous à un mal être profond.