Punitions et récompenses

 

Punition et récompense

Alors qu'en ce qui concerne les enfants la punition est de plus en plus souvent considérée comme une mauvaise méthode, nombreux sont les propriétaires d'animaux, qui croient encore qu'elle peut être une solution. Croyez moi, la récompense, seule, peut donner des résultats.

Créer un apprentissage

Réaliser un nouvel apprentissage revient à faire mémoriser à l'animal, que tel ou tel comportement est bénéfique dans une situation donnée. La grande majorité des apprentissages se fait naturellement. L'organisme et le cerveau sont conçus pour cette fonction protectrice.

Le bénéfice que peut procurer la réponse comportementale peut être de différente nature. Il peut s'agir de la fin d'un inconfort ou d'un plaisir. Un chien qui a faim apprend qu'il doit manger pour faire cesser cette sensation. Le même animal peut apprendre qu'en demandant à son maître, il obtiendra une friandise. Dans d'autres situations, le bénéfice peut être l'évitement d'une situation aversive. Un chien  qui remarque que son maître peut lui donner une fessée, va se cacher de ce dernier pour éviter cette punition.

La théorie de l'apprentissage a été largement étudiée. Il existe des règles précises pour obtenir un apprentissage durable et c'est justement cette précision qui en fait toute la difficulté.

Pour être efficace, la récompense doit survenir imédiatement à la fin de la séquence comportementale. Par exemple, le chien donne la patte et reçoit une friandise. S'il existe un décalage même minime, l'association comportement et récompense sera différent. Par exemple le chien donne la patte, puis aboie et recoit une récompense, l'aboiement est associé à la récompense. La mémorisation de cette association nécessite des répétitions. En début d'apprentissage, la récompense doit être systématique pour devenir progressivement aléatoire.

Prenons un exemple : apprendre à réclamer à table. Au début le chien s'approche de la table, attiré par l'odeur des aliments. Il entre en contact avec son maître et obtient un aliment très motivant. Ce comportement va se reproduire car il est attendrissant pour le maître et apparement sans inconvénient. Après quelques temps le maître va réaliser que ce chien qui réclame est ennuyeux, et il va cesser de donner, sauf de temps en temps parce que malgrè tout ce chien est attendrissant. Le comportement est mainteant appris. Ce chien sait qu'il va obtenir en réclamant, même s'il faut plusieurs demandes pour un résultat.

Quand récompenser ?

Vous devez récompenser, à chaque fois que vous voulez fixer un comportement. En revanche, il n'est pas utile de récompenser pour une bêtise qui n'a pas été faite.

Cette récompense doit survenir immédiatement à la fin du comportement à renforcer. L'association entre la récompense et le comportement qui précède tient compte du contexte. Dans ce contexte précis, ce comportement est favorable. Par exemple, quand vous revenez du travail, vous aimez donner une friandise à votre chien. Celui-ci apprend alors qu'à votre retour, se placer devant l'armoire à friandises, lui permet d'obtenir un gâteau. Il ne présentera sans doute pas le même comportement avec une autre personne ou si vous venez de vous absenter quelques minutes pour sortir les poubelles.

Avec quoi récompenser ?

Plus la récompense est motivante plus elle provoque une émotion, plus l'apprentissage est rapide. Pour cette raison les récompenses alimentaires sont souvent plus performantes. Cependant, quelle que soit la valeur de cette récompense, la précision de sa survenue reste primordiale.

Une récompense peut aussi en annoncer une autre et cette particularité est d'une grande utilité. Quand votre chat ou votre chien vous entend le féliciter, il sait que cela annonce une récompense. C'est le principe du clicker. L'animal apprend que le "click" annonce une friandise. Rapidement, ce click devient lui même une récompense. Ce "click" ou cette félicitation doit toujours être identique. L'utilisation d'un mot court prononcé à voix forte est une solution. Un "oui" ou un "c'est bien" ou "bravo" peut être une bonne solution.

Certains animaux sont gourmands, pour eux une friandise est idéale. D'autres préfèrent jouer, et pour eux lancer la balle est une meilleure récompense. D'autres encore adorent les caresses et ces dernières peuvent être une récompense.

Chez le chat, la synchronisation entre récompense et fin de séquence comportementale doit être encore plus précise. Pour cette raison, l'utilisation d'un clicker facilite le travail.

Apprendre à apprendre

Dans le cerveau, plus un circuit est utilisé mieux il fonctionne. Les premiers apprentissages sont souvent complexes à obtenir. Vous êtes en train de créer un nouveau circuit. L'animal doit apprendre qu'une demande doit entraîner un comportement pour déboucher sur une récompense. Dans les premiers temps, vous devez obtenir son attention et il peut être utile de réaliser un premier apprentissage tel que "écoute" ou "regarde moi". L'animal doit alors apprendre que cette injonction, sera suivie de récompense s'il fixe son attention sur vous. 

Médor écoute... Médor tourne la tête vers vous et vous regarde... récompense.

Par la suite ce sera "Médor, écoute, Médor assis... récompense.

Progressivement Médor apprend qu'une demande doit provoquer chez lui une réponse. Il sait qu'il ne risque rien et met toute sa bonne volonté pour trouver la bonne réponse.

Plus il apprend, plus votre animal a de facilité

La punition

Punir c'est créer une association entre une action et un désagrément. La punition va entraîner l'évitement de la situation. L'aniaml va apprendre à ne pas produire un comportement dans une situation définie ou à éviter une situation annonciatrice d'une punition.

Pour être efficace, la punition doit survenir en début de la mauvaise action. L'aniaml associe toujours le contexte de la punition à celle-ci. Cette punition ne permet pas de créer un comportement mais apprend à éviter la situation annonciatrice de la punition.

Comment punir ?

J'ai remarqué que les maîtres de chien en savent long sur ce thème et je ne voudrais pas ajouter des mauvaises idées.

Quand punir ?

Il y a trois situations qui vous autorisent à punir. Seulement trois !

L'animal met sa vie en danger. Vous pouvez punir mais cette punition doit être brève et sembler survenir de nulle part. L'animal ne doit pas vous associer à cette punition. Vous entrez dans la pièce et votre chien est en train de manger le fil électrique. Vous lui jetez vos clefs, vous criez un "non" retentissant... c'est tout !

Votre chien (votre chat) envahit votre périmètre personnel. Dans le monde des adultes, car cela ne concerne pas les petits, chacun respecte l'autre et les contacts sont soumis à des règles précises. Vous pouvez punir une prise de contact qui vous déplait sans avoir à créer un apprentissage préalable. Quelles que soient leurs relations, pour entrer en contact avec un autre adulte, un adulte doit produire une demande et attendre son assentiment.

Enfin vous pouvez punir pour vous soulager. Cela fait cent fois que vous répétez la même chose. Votre chien ou votre chat recommence sans cesse et vous n'en pouvez plus. Libérez vous!  Criez, repoussez-le, isolez-le ... cela ne sert à rien dans les apprentissages mais cela vous soulage et vous pourrez repartir sur une communication plus saine. Mieux vaut une punition injuste mais brève, qu'un ressenti qui dure...